Le Monde de MAÏAN

"Il y eut naguère la paisible communauté des liioux et leur foi inébranlable en leurs six déesses protectrices, dans un monde fait de verdure et de mers interminables, séparant leurs terres en trois continents. La majesté de leurs habitats sylvestres, creusés dans les arbres millénaires, dont la sève avait déserté les artères, en faisaient un peuple pur et sain. Ils ne vivaient qu’en harmonie parfaite avec la terre, fournisseuse de tout ce dont ils avaient besoin pour subsister, sans jamais abuser de sa générosité et la remerciant par leurs prières envers sa représentante divine."

 

 

 

Le monde de Maïan se divise en 3 continents, chacun associé à un peuple majeur. 


Lors de la création de ce monde par les 6 déesses - représentantes des 6 éléments qui constituent l'équilibre du monde - cette terre fut foulée par les pas des premiers mortels créés par les déesses : les Liioux.  Ils assuraient le lien entre le divin et la mortalité. 

L'émergence sur Maïan d'un nouveau peuple poussa les déesses à se cacher des mortels et les liioux à partager leur habitat. Les deux autres continents furent investis par ces deux peuples, qui s'entendaient et parvenaient à vivre en harmonie, échangeant, construisant ensembles. 

Quelques siècles plus tard, un troisième peuple se dévoila: les eyens. Fruits d'une évolution liiou moins proche du divin, capables d'utiliser la magie de manière plus large que le peuple natif de maïan. Ils investirent principalement le continent de Visary. Leur lien avec les autres peuples, bien que présent, était moins fort qu'entre les nekks et les liioux. 

L'arrivée d'une quatrième peuple bouscula tout ce qui fut créé. Colonisateurs, détenteur d'une technologie développée, ils firent s'exiler les nekks et les liioux de Visary et se battirent contre les eyens pendant plusieurs décennies, jusqu'à la signature d'un pacte avec le premier empire eyen. 

 

 

 

 

La principale religion que l'on trouve sur Maïan est la religion des liioux envers les déesses. Elle est partagée par les eyens et les liioux, mais chaque peuple a sa manière de les vénérer et leurs récompenses et punitions sont différentes. 

Chez les Liioux: 
Les déesses sont les créatrices de ce peuple. Ils sont leurs premiers enfants et elles communiquent avec eux par le biais des oracles et des prières. Seul un fervent croyant peut avoir la chance d’interagir avec elles, comme à l'époque de la suprématie de ce peuple, mais uniquement par l'esprit. 

A l'ère des liioux, les déesses pouvaient être appelées par les liioux et pouvait leur apparaître pour les aider. Cependant, après l'émergence des nekks, elles ont cessé de se montrer et n'ont alors plus été que des figures à prier. 

 

 

 

 

Avec le temps, certains liioux se sont détachés de cette religion et ont fini par croire que tout ceci n'était que le fruit de l'imagination ou de la corruption des oracles. Ils ont donc renié les déesses. Sont alors apparus les premiers "maudits", des liioux chassés des cités. S'ils reniaient leurs créatrices, ils reniaient leur être profond et leur société, ils sont donc devenus des parias. En Alunna, cité protégée par une forêt dense maudite et sombre, les maudits deviennent des êtres sans âmes, perdant leur identité, avides de sang et de choses précieuses. Seule la musique et la lumière, souvenir de leur vie passée, peut venir à bout d'eux. 

Les croyants sont bénis à leur naissance par une déesses, qui le suivra et le protégera tout au long de sa vie. C'est principalement à cette déesse que les prières de chaque liiou sont adressées. 

 

Les liioux nomades font exception, uniquement protégés par Afyria, la déesse du feu. 

 

 

 

Chez les Eyens : 

Les eyens ont été créés par les déesses, sur la base des liioux mais en moins "divins". Les pouvoirs des eyens, qui les différencient donc des humains, leur sont donnés par les déesses, afin d'assurer un certain équilibre avec les pouvoirs des liioux. Non bénis au même titre que les liioux, les eyens sont cependant reconnaissants envers les déesses pour leurs capacités psychiques et, toutes les nouvelles saisons, vénèrent une déesse pendant quelques jours sous la forme de fête et d'offrandes. 
Si un Eyen décide de ne plus croire en les déesses, ou les renient, ils perdent leurs pouvoirs.

Cependant, il existe une exception qui concerne 6 familles eyen. Les six familles qui, par le passé, détruisirent la menace El Kandra. Chaque descendant des premiers gardiens se voit détenteur d'un pouvoir plus grand, associé à une déesse. Même si les six renient leurs créatrices, ils sont garants du pouvoir des déesses, du savoir eyen et demeurent des protecteurs.