La légende d'EL KANDRA

"Il fut un temps reculé, où les arbres et les roches communiquaient entre eux, le vent transportant leurs échos au travers de la forêt, où les animaux et les mortels cohabitaient sans la moindre hostilité, en parfaite harmonie et dans le respect le plus pur. Il fut un temps où les mers calmes, gardées par la déesse des eaux, n’effrayait pas les marins, un temps où même la terre demeurait le plus paisible endroit pour vivre, sans qu’aucun danger ne guette ses enfants, un temps où le néant, élément instable, n’avait rien de dangereux aux yeux de tous, un temps où la déesse mère céleste se montrait à ses prêcheurs avec lumière et grandeur.

Ce temps était révolu."

 

 

 

El Kandra, créature éponyme, est une entité démoniaque divine, apparue sur Maïan plus de trois siècles avant le début de l'histoire. 

El Kandra devait servir de guide aux mortels, créant un lien entre le divin et le terrestre, suite à la "disparition" des déesses. Mais une erreur fut commise. Après l'arrivée récente des humains sur Maïan, les déesses songèrent à "forger" un être pur pour que leurs enfants puissent être guidés sur le droit chemin. Mais nourri par les maux de ce monde, la haine, la guerre et la barbarie, El Kandra devint une déité calamiteuse, détruisant tout sur son passage, cherchant la vénération des mortels à son égard. 

Ce fut une époque sombre, où le désespoir hantait chaque être, où la frayeur était le mot que tous prononçaient. Quiconque tentait de se dresser face à la suprématie de ce dieu, était annihilé.

Mais au milieu de cette terreur,  un mortel, un liiou solitaire affronta El Kandra. Il dématérialisa son corps qu'il enferma dans un unique éclat de cristal pur, prélevé d'un haut pic des montagnes d'Alunna. Si cette démonstration suicidaire permit de ralentir la fin de leur ère, l'esprit perdurait, voguant à la recherche d'un corps à hanter. Le courage de ce liiou inspira six eyens, qui se réunirent dans la forêt maudite. Six eyens courageux qui, chacun muni d'une pierre nourrie des éléments prêtés par les déesses, parvinrent à sceller l'esprit de cette créature, cessant à jamais ses méfaits. Tous furent acclamés en héros. Et leurs descendants deviendraient les gardiens du pouvoir des Six et de la paix de Maïan.